Trois, deux, un...

Publié le 16 Avril 2014

Bienvenue sur Le Grenier de nos Ancêtres.

Si l’idée de ce blog germe dans mon esprit depuis quelques mois déjà, il m’a fallu un certain temps avant de la concrétiser. Désormais chose faite, je vous dois quelques lignes de présentation, de manière à ce que vous sachiez qui vous lisez, ce que vous lisez et pourquoi vous le lisez.

Prénom : Guillaume

Nom : Chaix

Âge : 24 ans

Lieu d’origine : Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie, France.

Depuis 2009, je parcours différentes époques, différents lieux, différentes familles en tentant de reconstituer, de la manière la plus riche possible, mon puzzle familial. Cette quête généalogique a débuté en parallèle de mes études d’Histoire à Lyon et que j’ai terminé en juin 2013 en obtenant mon Master 2 Recherche en Histoire contemporaine en soutenant, sous la direction de Guy Brunet, mon mémoire de recherche qui s’intitule : Européens et Juifs dans la société coloniale algérienne (milieu du XIXe-début du XXe siècles). Trajectoires familiales à partir de Sidi-bel-Abbès.

« Chercher ses racines, c’est au fond se chercher soi-même. »

Claude Lévi-Strauss

Ce qui m’a amené à la première pièce de ce puzzle ? Un mélange de curiosité et un besoin de savoir d’où je viens, qui je suis… En somme, un désir de connaître ceux et celles qui m’ont précédé, ceux et celles dont je suis le descendant, ceux et celles dont je porte irrémédiablement l’héritage. Vaste projet, certes.

Un projet d’autant plus vaste qu’il se trouve que mes racines familiales sont plus ou moins éparses. Du côté de mon père, je suis issu d’une famille paysanne et montagnarde originaire de Maurienne (Savoie, France) et plus précisément de la vallée de l’Arvan, d’un petit village qui s’appelle Saint-Sorlin-d’Arves. Toute mon ascendance paternelle, à partir de mes grands-parents, aussi loin que l’on puisse remonter - c’est-à-dire jusqu’à la fin du XVIe-début du XVIIe siècles - est basée dans cette localité.

Source : CG73, disponible en ligne sur les Archives Départementales de la Savoie

Source : CG73, disponible en ligne sur les Archives Départementales de la Savoie

Du côté de ma mère en revanche, c’est ici que les racines s’éparpillent véritablement. Ma mère est née en Algérie, dans une petite commune oranaise qui s’appelait, au moment où l’Algérie était française, Palikao, et qui s’appelle aujourd’hui Tighennif. Toute ma famille maternelle est pied-noire, c’est-à-dire que jusqu’au milieu du XIXe siècle, les individus qui composent mon ascendance maternelle sont des Européens d’Algérie. Mes ancêtres, sans s’en rendre compte, ont un peu joué l’Europe avant l’heure : pour preuve, j’ai du sang espagnol, suisse, allemand, et… français ! Au-delà de l’Algérie, en France notamment, j’ai eu l’occasion de retrouver des ancêtres dans une petite dizaine de départements du Sud de la France, des Pyrénées-Atlantiques aux Hautes-Alpes, en passant par les Hautes-Pyrénées, l’Aveyron, la Lozère ou encore le Gard. J’aurai l’occasion d’y revenir.

Palikao, Oranie, Algérie. Source : Internet (bw60)

Palikao, Oranie, Algérie. Source : Internet (bw60)

Voilà pour qui je suis. Si la pratique généalogique est, en effet, un travail d’abord solitaire et personnel - intime peut-être ? - je veux rappeler à quel point il peut s’agir d’une pratique collaborative et empreinte de valeurs telles que le partage et la rencontre de l’autre. Si la généalogie est l’exploration du passé, elle se conjugue avant tout au présent.

Le Grenier de nos Ancêtres s’inscrit ainsi dans cette logique collaborative et de partage. Ici vous aurez l’occasion de lire aussi bien mon histoire familiale, que des billets sur la pratique généalogique en tant que telle - méthodes de recherche, obstacles et blocages rencontrés, mais aussi des trésors d’archives avec la publication d’actes ou de découvertes plus ou moins étonnantes et enrichissantes, en bref, l’occasion pour vous de lire et de parcourir le journal de bord d’un généalogiste.

Enfin, ma volonté est également de montrer à quel point l’histoire de nos ancêtres rejoint et éclaire l’histoire avec un grand h. Je suis convaincu que la généalogie est une formidable passerelle d’entrée à la discipline historique : étudier l’Histoire, c’est étudier, comprendre, décortiquer l’environnement dans lequel ont évolué vos ancêtres, leur quotidien, leur(s) mode(s) de vie, etc.

J’espère en tout cas que le plaisir que je prends à reconstituer le puzzle de ma famille vous sera partagé et qui sait, fera naître en vous une passion cachée… N’hésitez pas à commenter, partager, questionner, réagit : ce blog est aussi fait pour ça !

Rédigé par Guillaume Chaix

Publié dans #Présentation

Commenter cet article

Yann 17/04/2014

Bienvenue !

Encore un blog à ajouter à ma longue liste ... :)

Bon courage :)

Raphaël (des Racines) 17/04/2014

Bienvenue dans la famille des généablogueurs ! :)

Evelyne 17/04/2014

Bienvenue dans la Généablogosphère !

La généalogie et l'histoire sont intimement liées et met en lumière tous ces gens dont la grande Histoire n'a pas parlé !

Au plaisir de te lire...

Evelyne

S@ndrine 19/04/2014

Bjr Guillaume,
Votre jeune âge m'avait marqué lors de votre inscription au forum d'entraide généalogique des Hautes-Pyrénées GenHP65, déjà étroite ressemblance entre votre démarche précoce et la mienne dans la quête de notre identité ; à présent aujourd'hui quand je vous lis, cette même perception de la généalogie comme tremplin vers l'histoire locale et l'Histoire que nous revendiquons tous deux.
Merci de ce nouvel espace de partage.
S@ndrine

Elisabeth 30/06/2014

Bravo pour ce début, je découvre ton blog grâce au challenge et je me suis inscrite pour te suivre ; longue vie à ce blog. cordialement elisabeth